Les obligations communautaires sont un outil de financement social qui permet aux organismes à but non lucratif, aux organisations caritatives et aux coopératives d'obtenir des investissements de la part de leur communauté de supporters. Comme une obligation ordinaire, il s'agit d'un prêt portant intérêt qui est remboursé à l'échéance. De même, elles ont une durée fixe et un taux d'intérêt déterminé.

La différence essentielle est qu'ils produisent un rendement à la fois financier et social pour les investisseurs.

Les obligations communautaires sont le plus souvent utilisées pour lever des fonds pour l'achat ou la rénovation d'un actif fixe, comme un bien immobilier ou un équipement majeur. Chez Tapestry, nous avons travaillé sur des levées d'obligations communautaires pour tout, des projets d'énergie solaire aux espaces de co-working, en passant par les écoles, et nous apprenons chaque semaine de nouveaux projets passionnants. 

Alors que les obligations communautaires se banalisent, leur demande a considérablement augmenté. En 2020, Tapestry a aidé les émetteurs à lever $18,3 millions d'investissements. 

L'une des questions qui nous est fréquemment posée est la suivante : "Les obligations communautaires peuvent-elles être détenues sur des comptes fiscalement avantageux ?" 

Pour répondre à cette question, nous nous sommes entretenus avec Erica Glueck, notre directrice principale des investissements chez Tapestry. 

 

Qu'est-ce qu'un compte fiscalement avantageux ?

Le compte d'épargne libre d'impôt (CELI) et le régime enregistré d'épargne-retraite (REER) sont deux types de comptes fiscalement avantageux qui ont été créés par le gouvernement canadien pour aider les Canadiens à épargner en vue de leur retraite. 

"Vous pouvez considérer le CELI et le REER comme un panier", dit Erica. "Vous pouvez choisir ce que vous mettez dans ce panier parmi un éventail de produits financiers - certificats de placement garanti (CPG), espèces, actions et obligations."

 

Si les obligations sont autorisées dans les comptes à avantages fiscaux, les obligations communautaires le sont-elles aussi ?

Headshot

Erica Glueck, directrice principale des investissements chez Tapestry Community Capital

"La réponse courte est "ça dépend"", dit Erica. "L'organisation qui émet les obligations devra remplir certaines conditions pour que cela soit une possibilité pour ses investisseurs." 

Tout d'abord, l'organisation doit lever des obligations qui sont garanties par un prêt hypothécaire traditionnel ou une immobilisation. "Donc, si l'organisation achète un bâtiment ou rénove un bâtiment qu'elle possède déjà, c'est une première étape importante", explique-t-elle. 

La deuxième étape consiste à trouver des institutions financières disposées à être les dépositaires de ces obligations dans un plan enregistré. 

Les liens communautaires sont ce quiNous appelons ces titres "titres du marché dispensé" - ou, en termes simples, ils ne peuvent être achetés et vendus sur le marché public.

Les exemptions qui permettent aux organismes à but non lucratif, Les organismes de bienfaisance et les coopératives qui souhaitent lever des fonds de cette manière précisent également qu'ils ne peuvent pas avoir de "courtiers" payés pour vendre des obligations au nom de l'organisation émettrice.

"Cela peut parfois être un défi", dit Erica, "car rien n'incite un courtier ou une institution financière à soutenir les investisseurs pour que leurs obligations soient détenues sur un compte fiscalement avantageux."

Mais n'ayez crainte, il y a plusieurs grandes institutions financières qui sont déjà dépositaires d'obligations communautaires. Questrade, Caldwell Securities et Concentra sont quelques-unes des institutions que nous connaissons. 

Afin d'obtenir l'adhésion de ces institutions financières, l'organisation émettrice aura besoin d'une lettre d'opinion d'un avocat fiscaliste ou d'un comptable. 

Erica explique : "L'Agence du revenu du Canada (ARC) décide de ce qui peut être considéré comme un investissement qualifié pour ces comptes. Une dette obligataire garantie par une propriété hypothéquée est une façon de répondre aux critères nécessaires. Le moyen le plus sûr, cependant, est de demander à un comptable agréé ou à un avocat d'interpréter la Loi de l'impôt sur le revenu en fonction de votre projet et de votre opportunité d'investissement."

Il est important de savoir qu'en fin de compte la décision est à la discrétion des institutions financières, et que c'est quelque chose que Tapestry et l'émetteur ne peuvent pas contrôler.

 

Quels sont les avantages d'avoir des obligations communautaires éligibles aux comptes fiscalement avantageux ?

De nombreux Canadiens maximisent leurs cotisations à leurs REER et CELI, non seulement pour épargner en vue de la retraite, mais aussi pour réduire l'impôt qu'ils doivent payer sur ces fonds. fonds. Cela signifie qu'une grande partie de la richesse du Canada se trouve dans ces comptes.

Une personne peut ne pas disposer de beaucoup d'argent liquide, mais avoir un montant important épargné sur l'un de ces comptes. 

Retirement savings"Comme il existe des restrictions sur les retraits de ces types de comptes, explique Erica, la plupart de l'argent y reste bloqué - ce qui rend difficile, pour disons Bob Smith, de retirer $2 000 pour investir dans une obligation communautaire."

"Si Bob peut soudainement détenir cette obligation dans son CELI ou son REER, explique-t-elle, il n'a pas besoin de retirer ce capital." Permettre aux obligations communautaires d'être détenues dans ces comptes débloque davantage d'investissements potentiels. 

"C'est un bon moyen de tirer parti du plan d'épargne d'une personne, plutôt que de lui faire faire l'effort supplémentaire de réunir des économies supplémentaires pour investir dans une organisation à laquelle elle croit."

Dans quelle mesure est-il important que les obligations communautaires soient admissibles au CELI et au REER ?

"Cela vaut certainement la peine d'être exploré", dit Erica, "mais je ne pense pas qu'il s'agisse d'une situation décisive si les obligations de l'émetteur sont vendues à un prix élevé. ne sont pas un investissement qualifié".

Parmi les clients de Tapestry, seuls environ 10 % des investissements sont détenus sur ces comptes. "Surtout si les clients ont un point d'entrée minimum plus bas - disons $500 ou $1000 - le besoin de ce véhicule est définitivement moins important."

"Les obligations communautaires sont excellentes parce qu'elles peuvent être tarifées de manière à être largement accessibles, ce qui démocratise l'impact. le domaine de l'investissement", dit-elle avec insistance.

"Nous voyons un nombre croissant de jeunes investisseurs avec des obligations communautaires, et de nombreux investisseurs sont à un moment de leur vie où ils ne profitent pas encore de ces comptes fiscalement avantageux, mais sont dans une situation financière où ils peuvent investir $1000 dans une organisation à laquelle ils croient."

 

Quels types d'organismes devraient envisager de rendre leurs bons admissibles au REER et au CELI ?

"Nous recommandons toujours aux clients d'envisager cette option s'ils estiment que leur communauté disposerait de fonds importants épargnés sur des comptes fiscalement avantageux", explique Erica. "La meilleure façon d'évaluer cela est de simplement parler à vos investisseurs potentiels avant de lancer votre campagne d'obligations."

 

"Cela peut être un peu difficile à mettre en place, mais si les investisseurs tiennent vraiment à avoir cette option, cela peut être payant à long terme", conseille Erica. 

Il est important de noter que cette voie entraîne des coûts supplémentaires, et que les émetteurs doivent s'y préparer. Par exemple, il est nécessaire d'obtenir une nouvelle lettre d'opinion pour chaque année de détention de l'obligation.

 

Une dernière réflexion sur le sujet ?

"Je dirais simplement que les marchés financiers doivent commencer à prêter attention à ces investisseurs".

"De plus en plus, nous constatons que les gens ne sont pas seulement intéressés par un rendement financier, mais veulent savoir que leur argent fait quelque chose de bien. Ce n'est pas parce que les institutions financières ne sont pas aussi familières avec ces produits d'investissement qu'il s'agit nécessairement d'investissements mauvais ou risqués à faire."

"Plus les gens veulent acheter et détenir ces investissements dans des comptes enregistrés, plus le secteur devra prêter attention aux besoins des investisseurs et rationaliser le processus pour que cela soit possible."

X