Au cours de la dernière décennie, les gouvernements et les organisations à but social ont répondu aux besoins croissants en matière de services sociaux et environnementaux en développant et en utilisant des outils financiers innovants pour accroître la base des actifs communautaires et étendre les programmes. Deux outils qui ont fait l'objet d'une attention particulière et qui gagnent en popularité sont les suivants Obligations communautaires et Obligations à impact social.

Chez Tapestry, on nous demande souvent quelle est la différence entre ces deux outils. Dans cet article, nous allons donc tenter de mettre les choses au clair.

Les obligations communautaires, par définition, sont un outil de financement par emprunt émis par une organisation à but non lucratif, une organisation caritative ou une coopérative. En termes simples, les obligations communautaires donnent à ces organisations la possibilité de contracter des prêts de différentes tailles directement auprès de leur communauté de supporters. Les deux parties sont gagnantes : leurs sympathisants reçoivent des intérêts pour avoir investi dans un projet qui leur tient à cœur, et l'organisation émettrice a accès au capital dont elle a besoin pour se développer.

Afin de pouvoir rembourser leurs investisseurs, les organisations qui émettent des obligations communautaires doivent avoir un modèle de revenus. Par exemple, une coopérative d'artistes peut émettre des obligations communautaires pour acheter un bâtiment. Les revenus de la coopérative proviendront de l'exploitation d'un magasin, de la location d'un studio à ses membres et de la location de son lieu d'événements. Cette coopérative d'artistes conviendrait bien à une émission d'obligations communautaires parce qu'elle a un moyen de rembourser ses investisseurs et dispose d'une base solide de supporters grâce à ses membres et à ses mécènes.

Les obligations à impact social sont similaires à certains égards car elles sont émises par des organisations caritatives et sans but lucratif axées sur la communauté. Elles créent également des opportunités d'investissement à impact pour les personnes qui croient en la mission de l'organisation émettrice. La principale différence réside dans le fait que l'organisation émettrice a établi un accord avec le gouvernement, en vertu duquel le gouvernement la rémunération des performances par l'organisme à but non lucratif ou caritatif. Le paiement du gouvernement est lié à des résultats sociaux ou environnementaux clairs auxquels l'organisation émettrice s'est engagée. Ce sont ces fonds qui sont utilisés pour rembourser les investisseurs. Ainsi, plutôt que d'investir dans le modèle économique d'une entreprise sociale (comme c'est le cas pour les obligations communautaires), les investisseurs dans les SIB investissent dans la capacité de l'organisation à atteindre des résultats sociaux ou environnementaux précis.

Par exemple, une organisation de services communautaires qui héberge et offre une formation professionnelle à des jeunes sans-abri pourrait créer un centre d'information sur l'emploi. paiement à la performance contrat avec le gouvernement dans lequel il s'engage à loger et à employer 80 jeunes. Cette organisation pourrait ensuite émettre une dette sous la forme d'un SIB auprès de sa communauté de supporters. Leurs investisseurs seront remboursés à la fin du programme, en supposant que l'organisation ait atteint les résultats auxquels elle s'est engagée auprès du gouvernement.

Selon le Ministère du développement économique, de la création d'emplois et du commerceLes SIB ne sont pas des obligations à proprement parler, puisque le remboursement et le retour sur investissement dépendent de la réalisation des résultats sociaux souhaités ; si les objectifs ne sont pas atteints, les investisseurs ne reçoivent ni retour ni remboursement du capital. Les SIB tirent leur nom du fait que leurs investisseurs sont généralement ceux qui sont intéressés non seulement par le rendement financier de leur investissement, mais aussi par son impact social".

Où se situent ces outils dans le continuum d'investissement ?

Quelles sont les principales caractéristiques des obligations communautaires par rapport aux SIB ?

En quoi les groupes d'investisseurs diffèrent-ils ?

Comme les SIB visent à résoudre de grands défis sociaux au nom du gouvernement, ces programmes nécessitent souvent des injections de capital plus importantes qu'un projet qui pourrait réussir à émettre des obligations communautaires. Ainsi, les investisseurs ciblés par les SIB sont souvent des investisseurs accrédités et fortunés. D'un autre côté, les obligations communautaires permettent aux personnes de condition modeste de passer du statut de donateur ou de bénévole occasionnel à celui d'investisseur citoyen.

X