Chez Tapestry, c'est l'une des questions qui nous est le plus souvent posée. Les organisations sont souvent initiées au concept de communauté pour la première fois les obligations en les voyant en action, en les découvrant en tant qu'investisseur, ou parce qu'ils recherchent des formes alternatives de financement. Lorsqu'ils nous contactent, ils sont curieux d'apprendre comment les obligations peuvent s'adapter à leur situation particulière. 

Bien que chaque organisation et chaque projet soient uniques, il existe cinq critères principaux qui s'appliquent généralement à tous. Nous commençons toujours par guider les organisations à travers une simple liste de contrôle afin de déterminer si leur équipe et leur conseil d'administration doivent prendre le temps d'explorer cette opportunité plus en détail. Dans cet article, nous allons vous guider pas à pas à travers la liste de contrôle ci-dessous.

L'organisation est un organisme sans but lucratif, un organisme de bienfaisance ou une coopérative.

Les obligations communautaires sont un outil de finance sociale qui permet aux organisations de lever des fonds auprès de leur communauté de supporters. Tout comme une obligation ordinaire que vous pourriez acheter - par exemple une obligation d'épargne du Canada - ces obligations sont remboursables, ont une durée fixe et un taux d'intérêt déterminé. 

Deux caractéristiques principales différencient les obligations communautaires des obligations traditionnelles. La première est qu'en plus d'un rendement financier, les obligations communautaires génèrent un rendement environnemental et/ou social. La seconde est que les obligations communautaires ne peuvent être émises que par des organisations à but non lucratif, des associations caritatives et des coopératives (à but lucratif ou non).

Au Canada, la vente d'obligations est réglementée au niveau provincial par les commissions provinciales des valeurs mobilières, et au niveau fédéral par l'Agence du revenu du Canada. Ces agences ont des exigences strictes pour les entreprises privées qui veulent vendre des titres au public, et le processus est complexe et coûteux. 

Les organismes de bienfaisance et les organismes à but non lucratif sont toutefois exemptés de ces exigences en vertu de l'article 2.38 de la Norme canadienne 45-106 et peuvent émettre des obligations communautaires tant qu'ils peuvent les garantir :

  • Il s'agit d'un organisme sans but lucratif organisé exclusivement à des fins éducatives, bienveillantes, fraternelles, charitables, religieuses et récréatives.
  • Aucune commission ou autre rémunération ne sera versée dans le cadre de la vente du titre.

Les coopératives sont soumises à un processus légèrement modifié en vertu de la Loi sur les sociétés coopératives, et leurs règlements varient selon les provinces. Le processus reste toutefois simple et beaucoup moins onéreux que celui d'une société privée.

Afin de préserver les intérêts des investisseurs en obligations communautaires, notre documentation et notre processus d'émission d'obligations communautaires répondent toujours aux exigences fixées pour les coopératives, que nous travaillions avec une organisation caritative ou sans but lucratif. 

L'organisation cherche à obtenir un financement pour l'achat ou la rénovation d'un bien.

Techniquement parlant, il n'existe aucun document juridique stipulant que les obligations communautaires doivent être utilisées pour l'achat d'un actif. Cependant, notre expérience de la gestion de plus de $70 millions d'obligations communautaires nous a permis de constater que le fait que ces titres soient adossés à un actif augmente la confiance des investisseurs, et donc le succès de la campagne. Ceci est particulièrement vrai pour les organisations qui émettent des obligations pour la première fois et qui n'ont pas construit une réputation et des relations avec leur base d'investisseurs. 

Les projets adossés à des actifs sont aussi généralement plus faciles à construire autour d'une histoire inspirante. Nous avons compris que les investisseurs aiment avoir un résultat concret - un projet tangible et physique qui résulte de leur investissement. Bien que les dépenses opérationnelles soient essentielles, elles sont rarement inspirantes et n'enthousiasment pas les investisseurs de la même manière.

Dans certaines circonstances, si une organisation a mené plusieurs campagnes de financement adossées à des actifs et a prouvé sa capacité à respecter les calendriers de remboursement, elle a continué à lever des capitaux pour ses dépenses opérationnelles.

CSI Community Bond Campaign History

L'organisation dispose d'un modèle de revenus qui lui permet de rembourser ses investisseurs dans le temps.

Si les obligations communautaires offrent un résultat social et/ou environnemental, elles sont aussi un produit financier, et les émetteurs doivent avoir la capacité de rembourser l'investissement principal et de payer les intérêts dans les délais prévus. 

Pour certaines organisations, les revenus sont générés par l'exploitation d'une entreprise sociale, par exemple en vendant des billets, en louant des espaces ou en exploitant une boutique. D'autres, et en particulier celles qui achètent un bien destiné à être utilisé à des fins de bureau et d'administration, sont en mesure de réorienter le capital précédemment affecté au paiement du loyer. 

Dans la plupart des cas, les obligations communautaires ne sont qu'une pièce d'un puzzle financier plus large. Elles sont souvent utilisées en tandem avec des dons, des subventions, des prêts sans intérêt et des financements bancaires traditionnels.

Un aspect intéressant des obligations communautaires est que l'émetteur a la possibilité de fixer les conditions de l'obligation de manière à ce qu'elles correspondent à sa situation de trésorerie. Par exemple, certaines organisations peuvent préférer une durée plus longue afin de rembourser le capital investi ou décider de retarder le paiement des intérêts pendant un an ou deux, le temps de lancer leur projet. 

Nous travaillons toujours avec nos clients pour trouver des conditions qui conviennent à leurs investisseurs et à leur bilan.

L'organisation a un champion

Qu'est-ce qu'un champion communautaire ? Il s'agit du leader naturel du projet, qui fait pression à chaque étape pour qu'il se concrétise.

Tonya Surman

Tonya Surman, fondatrice et directrice générale du Centre for Social Innovation (CSI)

Dans certains cas, il y aura deux champions, un chef de file interne qui dirigera la gestion du projet, et un visage public de la campagne, qui engagera les médias et représentera publiquement l'organisation.

Dans les deux cas, un champion est essentiel au succès de la campagne. Les investisseurs veulent voir un visage responsable et charismatique derrière leurs investissements. Ils veulent voir quelqu'un qui est passionné par le potentiel du projet et déterminé à le voir se réaliser. C'est cet enthousiasme qui incite les gens à franchir l'étape suivante pour s'informer sur le projet et investir leur argent.

Le projet est significatif pour votre communauté de supporters.

Bien sûr, cela va probablement sans dire. Si vous voulez que votre communauté investisse, elle devra ressentir l'une des deux choses suivantes, ou les deux. 

1) Ils font quelque chose de positif et de productif avec leur argent. Ils apportent une contribution significative à la société tout en réalisant un rendement financier équitable. 

2) Ils bénéficieront personnellement de la réalisation du projet. Par exemple, ils bénéficieront d'un meilleur accès aux services et aux espaces qui répondent à leurs besoins.  

Afin de cibler le premier groupe, le projet doit avoir un fort impact social et/ou un impact positif sur l'environnement. Afin de cibler le second groupe, il doit y avoir un groupe important de personnes susceptibles de voir leur communauté (qu'elle soit géographique ou basée sur des valeurs) bénéficier du développement du projet. 

Ce dernier critère est celui auquel les organisations ont tendance à avoir du mal à répondre. C'est pourquoi nous aidons toujours les organisations intéressées par ce modèle à approfondir ce sujet et à commencer à évaluer qui est vraiment leur communauté et à comprendre quel pourrait être leur appétit d'investissement. 

Une fois qu'une organisation a parcouru cette liste de contrôle et qu'elle se sent à l'aise avec ces critères, l'étape suivante dans l'évaluation d'une campagne d'obligations communautaires est de participer à un atelier sur les obligations communautaires organisé par Tapestry. 

Pendant les 3 heures, atelier en ligneVous aurez l'occasion de réunir votre équipe et votre conseil d'administration pour en savoir plus sur les obligations communautaires, voir comment les obligations communautaires ont fonctionné pour d'autres organisations, comprendre comment les investisseurs prennent leurs décisions, et comprendre à quoi peut ressembler un budget de campagne et un plan de ressources. À l'issue de l'atelier, Tapestry fournit une évaluation de l'état de préparation pour aider votre équipe et votre conseil à décider si les obligations communautaires sont un outil de financement approprié pour votre projet. 

Si vous pensez que votre organisation a un projet qui correspond à ces critères, contactez-nous à l'adresse suivante info@tapestry.captial.ca

X